Comment se soigner à travers les plantes ?

Comment se soigner à travers les plantes ?

Ces dernières années, la phytothérapie est devenue très en vogue, c'est en effet une solution complémentaire à la médecine classique, mais peut également être une solution alternative. L'efficacité de l'utilisation des plantes en médecine est de plus en plus reconnue, mais il s'avère indispensable que l'on sache un peu plus sur cette partie de la médecine dite « douce », avant d'y recourir. Voici nos astuces pour se soigner avec les plantes.

  • Connaitre la plante à utiliser

Parmi les 500 000 espèces de plantes qui ont été recensées comme médicinales, environ 22 000 d'entre elles sont maintenant utilisées pour en extraire les principes actifs afin de les utiliser comme modèles aux grands médicaments. Parmi ces nombreuses espèces, il faut bien reconnaitre celle qui correspond à ce que vous recherchez, celle qui pourrait bien répondre à votre attente. On cite par exemple :

  • Contre la migraine : la grande camomille
  • Pour perdre du poids : la cannelle
  • Lutter contre la fatigue : l'hamamélis
  • Reprendre le tonus : le giseng

Faire un zoom sur les effets de la plante

Il faut toujours mettre en tête que les plantes médicinales sont déjà des phytomédicaments. Ce qui veut dire qu'il faut absolument tenir compte des indications et des contres indications. Les doses et les durées de traitement sont scrupuleusement respectées. Tenir compte que l'ingestion de plantes sous quelle forme que ce soit, en infusion ou en décoction, si elle va au-delà d'une certaine dose peut provoquer des effets secondaires, et peut-être même plus dangereux, voire même toxiques. De plus, les feuilles, les fleurs, l'écorce et les racines de la plante peuvent présenter différentes propriétés, donc pourraient être utilisées différemment.

  • Ne jamais se soigner tout seul

Une fois encore, les plantes médicinales peuvent aussi engendrer des effets indésirables et chaque partie de la plante est différente. De plus, la préparation et la posologie varient d'une plante à une autre. Il est strictement recommandé de demander conseil auprès des professionnels de la phytothérapie comme les pharmaciens, pharmacologues, phytothérapeutes, herboristes ou encore botanistes, au moins, avant de se lancer dans l'automédication naturelle, consulter les grands ouvrages à usage familial traitant de la phytothérapie

  • Bien connaitre les diverses modes de préparation

Pour l'extraction des substances actives, divers procédés peuvent être effectués. Parmi ceux-ci figurent :

  • L'infusion : cette technique consiste à tremper les parties fragiles tels les feuilles, les fleurs, les cimes et les fruits de la plante, pendant 1 à 10 minutes dans de l'eau chaude, mais non bouillante.
  • La décoction : Ceci concerne les parties plus dures de la plante comme la tige, l'écorce, la racine … les laisser bouillir 3 à 10 minutes dans de l'eau.
  • La macération : cette technique consiste à mettre les feuilles, les tiges ou les racines de la plante dans de l'eau ou un mélange eau-alcool
  • L'extrait fluide : diluer des ampoules dans une bouteille d'eau froide et la boire tout au long de la journée
  • Le SIPF : c'est le jus de la plante que l'on extrait directement. Il est très concentré en substances actives.